révérence

révérence

révérence [ reverɑ̃s ] n. f.
• 1155; lat. reverentia
1Littér. Grand respect mêlé de retenue et même de crainte. déférence, respect, vénération. De cette expérience « j'ai du moins retiré grande révérence pour toute personne qui sait faire quelque chose » (Valéry). S'adresser à qqn avec révérence. considération, égard. Loc. Vieilli Révérence parler : sauf votre respect.
2Salut cérémonieux, qu'on exécute en inclinant le buste et en pliant les genoux. courbette. Faire une révérence, la révérence à qqn. s'incliner. « Elle partit après deux révérences sèches et courtes » (Balzac). Loc. plais. TIRER SA RÉVÉRENCE à qqn,lui faire une révérence en le quittant; par ext. le quitter, s'en aller. « après quoi je tirai galamment ma révérence et m'en allai » (Courteline). Tirer sa révérence à qqch., y renoncer. « J'aurai, certainement, tiré ma révérence au prix Nobel » (A. Gide).
Mouvement de danse classique rappelant ce salut.
⊗ CONTR. Irrévérence.

révérence nom féminin (latin reverentia) Littéraire. Respect profond, vénération, déférence : Traiter quelqu'un avec révérence. Mouvement du corps qu'on fait soit en s'inclinant, soit en pliant les genoux : Petite fille qui fait la révérence.révérence (citations) nom féminin (latin reverentia) abbé Ferdinando Galiani Chieti 1728-Naples 1787 Lorsqu'on fait une profonde révérence à quelqu'un, on tourne toujours le dos à quelqu'un d'autre. Nel fare una profonda riverenza a qualcuno, si volta sempre le spalle a qualche altro. Lettere, 22 novembre 1774révérence (expressions) nom féminin (latin reverentia) Littéraire. Sauf révérence, révérence parler, se disent quand on craint de choquer. Tirer sa révérence, saluer en s'en allant ; opposer un refus à quelqu'un, renoncer à quelque chose, quitter quelqu'un avec quelque désinvolture. ● révérence (synonymes) nom féminin (latin reverentia) Littéraire. Respect profond, vénération, déférence
Synonymes :
- déférence
- vénération
Mouvement du corps qu'on fait soit en s'inclinant, soit en...
Synonymes :
- courbette (familier)

révérence
n. f.
d1./d Litt. Respect profond.
d2./d Salut respectueux qu'on fait en fléchissant plus ou moins les genoux.
|| Loc. Tirer sa révérence à qqn, le saluer en le quittant.

⇒RÉVÉRENCE, subst. fém.
A. — Respect profond mêlé de crainte, grande considération. Anton. irrévérence. Révérence filiale, mystique; révérence aux principes, aux lois; esprit de révérence. Plein de révérence, d'admiration, de reconnaissance pour ce Dieu (...), il [Socrate] le cherchait et s'en inspirait sans cesse (COUSIN, Hist. gén. philos., 1861, p. 131). Beyle avait gardé toutefois une révérence assez remarquable aux mathématiques (VALÉRY, Variété II, 1929, p. 113).
Loc. fam., vieilli. [Formule d'excuse pour dire une chose qui pourrait déplaire ou choquer] Synon. vieilli sauf votre respect. Sauf révérence, sauf votre révérence. J'ai eu, depuis six semaines, une vague colique, révérence parler, qui m'amollissait singulièrement (FLAUB., Corresp., 1866, p. 237). Il me semble, toute révérence gardée, que je suis avec le génie comme cette sainte qui jouait avec un enfant et connut que c'était l'enfant Jésus (BARRÈS, Cahiers, t. 12, 1920, p. 317).
B. — Vieilli. Titre d'honneur donné aux religieux et aux prélats. N'est-ce pas, mon révérend, que vous êtes enchanté de dîner avec sa révérence que voilà? (MÉRIMÉE, Chron. règne Charles IX, 1829, p. 209). Mère Marie [à la Prieure]: Votre Révérence est hors d'état de retenir sa langue, mais je la supplie d'essayer de ne rien dire (BERNANOS, Dialog. Carm., 1948, 2e tabl., 9, p. 1604).
C. — 1. Mouvement du corps que l'on fait pour saluer cérémonieusement soit en inclinant le buste, soit en pliant les genoux, qui n'est plus en usage aujourd'hui que dans certains cas prévus par le protocole. Après avoir laissé Serge frapper deux fois à la porte, elle l'entrebâilla discrètement, le reçut avec une révérence à l'ancienne mode (ZOLA, Faute Abbé Mouret, 1875, p. 1359):
... M. Libois avait passé dans les trois classes, il avait recueilli les hommages de ces dames: « Oui, Monsieur le délégué, — bien, parfaitement, Monsieur le délégué », et des révérences et des gestes obséquieux.
FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 50.
SYNT. Révérence fort basse; faire la révérence, faire force révérences; saluer d'une révérence; révérence de théâtre; belle, discrète, grande, petite, profonde révérence; révérence cérémonieuse, gracieuse, ironique, obséquieuse, savante; révérence à la française, à reculons.
[Dans une exclam., avec une connotation pompeuse] Salutation, salut. Tous se prosternent la face contre terre devant l'Empereur. Le Salutateur: Révérence à votre face sacrée! (CLAUDEL, Repos 7e jour, 1901, I, p. 797).
En partic.
♦ Figure de danse. Les danseurs exécutent encore la révérence comme à l'époque des ballets de cour. Cet exercice débute par de larges mouvements dessinés suivant des contours circulaires par une jambe et les deux bras, alors que le buste s'infléchit en avant (BOURGAT, Techn. danse, 1959, p. 110).
♦ Génuflexion ou prosternation envers un objet sacré. L'empereur officiait principalement dans trois rites importants, celui du culte ancestral, celui du sacrifice au ciel et à la terre et celui du labourage. Le premier, dans le temple ancestral (...), était un acte de révérence (série de grandes prosternations) (Philos., Relig., 1957, p. 54-5).
Au fig., au plur. Marques de respect courtisan ou obséquieux. Ce Schönbrunn et ses fausses perspectives, ces théâtres en trompe-l'œil, cette Cour toute en décors, cette politique toute en révérences (MORAND, Fin de s., 1957, p. 20). Les anciens tenants de Vichy s'inclinaient devant l'évidence: Pétain, en Allemagne, gardait le silence et ceux des fonctionnaires, des diplomates, des militaires, des publicistes qui l'avaient assidûment servi prodiguaient, à l'adresse du pouvoir, révérences et justifications (DE GAULLE, Mém. guerre, 1959, p. 22).
2. Locutions
a) Vieilli. Faire sa (ses) révérence(s) à. Saluer avec respect, avec déférence une personnalité ou une personne que l'on tient en haute considération. Le comte d'Armagnac (...) fut reçu avec grand empressement par tous ceux qui craignaient le duc de Bourgogne. Il alla aussitôt faire sa révérence au roi et à la reine (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 4, 1821-24, p. 90). J'ai fait mes révérences à Amélie en ajoutant que les dessins que je lui destine sont terminés et que si elle veut m'envoyer ceux que je lui ai faits en Italie je lui ferai mettre le tout en ordre (DELÉCLUZE, Journal, 1825, p. 242). P. plaisant. Elle admirait tout plus que de raison et faisait honneur et révérence aux moindres fleurettes du sentier (SAND, Maîtres sonneurs, 1853, p. 135).
Au fig. Faire, tirer la révérence à qqc. Rendre hommage à quelque chose. Il était entendu (...) que Gide avait écrit Isabelle pour se faire la main, et après avoir tiré au livre la révérence qu'il méritait, nous regardions vers l'avenir (DU BOS, Journal, 1927, p. 326).
b) Tirer sa révérence. Saluer en s'en allant, se retirer. Après de grands compliments adressés à leur oncle sur le talent de sa filleule, les héritiers tirèrent leur révérence (BALZAC, U. Mirouët, 1841, p. 127). Fam. Quitter quelqu'un ou quelque chose avec désinvolture, s'en aller brusquement. Le plus vif désir de leur tirer ma révérence et de rentrer parmi vous (HALÉVY, Carnets, t. 2, 1870, p. 87). J'ai bien envie de m'en aller, de tirer ma révérence une bonne fois, à ce pays de sauvages (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 54).
Au fig. Tirer sa révérence à. Renoncer à quelque chose. J'ai répondu que non seulement je ne désavouais aucun de mes écrits, mais que j'aurais certainement tiré ma révérence au prix Nobel si, pour l'obtenir, il m'avait fallu rien renier (GIDE, Journal, 1947, p. 308).
REM. Révéremment, adv., vieilli, littér. Avec révérence, grand respect. Parler révéremment de Dieu, des choses saintes. Puis, bénissant de nouveau plusieurs chapelets, croix, images, médailles..., il lui dit: « Toutes ces choses auront vertu contre toutes sortes de tentations (...). Quiconque en portera révéremment sur soi, sera préservé de la foudre..., du feu, des inondations... » (BREMOND, Hist. sent. relig., t. 3, 1921, p. 543). Il s'interrompit, se leva soudain debout sur ses jambes et salua fort révéremment (ARNOUX, Rhône, 1944, p. 317).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694, 1718: reve-; dep. 1740: révé-. Étymol. et Hist. 1. Ca 1155 « respect profond, grande considération » (WACE, Brut, éd. I. Arnold, 13879); av. 1615 sauf votre reverence (PASQUIER, Recherches de la France, 520); 1579 parlant par reverence (LARIVEY, Esprits, éd. Viollet le Duc, t. 5, p. 226); 1588 parlant en reverence (MONTAIGNE, Essais, éd. P. Villey et V. L. Saulnier, p. 829); 1657-62 reverence parler (PASCAL, Pensées, éd. Brunschvicg, Boutroux, Gazier, section 1, n ° 58, p. 60); 2. 1564 Vos Reverences « titre honorifique » (RABELAIS, Prologue Cinquiesme Livre, éd. J. Boulanger, p. 749); 3. fin XIVe s. faire le reverensce « faire un mouvement du corps pour saluer » (FROISSART, Chroniques, éd. S. Luce, t. 4, p. 178); ca 1480 faire la reverence ... à qqn « présenter ses hommages à » (Mist. viel Testament, éd. J. de Rothschild, 29182); 1823 tirer sa révérence « opposer un refus à quelqu'un » (BOISTE); 1835 id. « s'en aller » (Ac.); 4. 1931 « mouvement de danse inspiré des ballets de cour » (MEUNIER, Danse class., p. 264). Empr. au lat. reverentia « crainte respectueuse, respect, déférence ». Fréq. abs. littér.:608. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 797, b) 928; XXe s.: a) 940, b) 842. Bbg. QUEM. DDL t. 19.

révérence [ʀeveʀɑ̃s] n. f.
ÉTYM. 1155; lat. reverentia, de revereri. → Révérer.
1 Littér. Grand respect mêlé de retenue, parfois même de crainte. Déférence, respect, vénération. || La révérence que l'on porte, que l'on doit à qqn, que l'on a pour qqn (→ Considération, cit. 9). || Un besoin de révérence (→ Réaliser, cit. 3). || Révérence pour certaines choses, pour des principes (→ Incinérer, cit. 2). Vx. (construit avec de). || « Révérence des lois » (La Bruyère); || « révérence des temps passés » (Raynal, in Littré), respect de…
1 (…) les os et reliques des personnes d'honneur, nous avons accoutumé de les tenir en respect et révérence.
Montaigne, Essais, II, VIII.
Loc. (Vieilli). Sauf révérence. — ☑ (1668). Révérence parler, révérence gardée, (1612) parlant par révérence…, formule d'excuse quand on dit quelque chose qui pourrait déplaire ou choquer. Respect (sauf votre).
2 (…) j'ai encore le son de sa voix dans les oreilles; il était doux, bon (…) pâteux comme une pâtisserie, mais, révérence gardée, comme une pâtisserie chimiquement laïque (…)
Ch. Péguy, la République…, p. 188.
3 (…) c'est que les contemporains de Louis XIV nous ont tous l'air, révérence parler, de vieux tableaux (…)
A. Hermant, le Bourgeois, II, p. 40.
2 (1650). Vx. || Votre Révérence, titre d'honneur qu'on donne à certains religieux. || Si Votre Révérence veut bien… (→ Métoposcopie, cit.).
4 (Le distrait) dit Votre Révérence à un prince du sang, et Votre Altesse à un jésuite.
La Bruyère, les Caractères, XI, 7.
3 (V. 1360). Cour. Salut cérémonieux, conservé aujourd'hui pour les femmes en certains cas prévus par l'étiquette et qu'on exécute en inclinant le buste et en pliant les genoux. Courbette, inclination (cit. 23). || Faire, exécuter une révérence (→ Arrière, cit. 6; avancer, cit. 25). Courber (se), incliner (s'), prosterner (se), saluer. || Révérences lentes et profondes (→ Hypocrite, cit. 26). || Elle fit une gracieuse révérence devant la reine. || Rendre à qqn sa révérence.Spécialt. Mouvement de danse classique rappelant la révérence en honneur dans les ballets de cour.(Mil. XVe). Liturgie. Marque de respect, consistant en une inclination ou en une génuflexion.
5 Elle partit après deux révérences sèches et courtes.
Balzac, Ursule Mirouët, Pl., t. III, p. 468.
6 Révérence à la japonaise : plongeon brusque, les mains posées à plat sur les genoux, le torse faisant angle droit avec les jambes comme si le bonhomme se cassait (…)
Loti, Mme Chrysanthème, III.
Loc. plais. Tirer sa révérence à qqn, lui faire une révérence en le quittant, et, par ext. (1835), le quitter, s'en aller (→ Bourrer, cit. 2; insaisissable, cit. 2).(XVIIIe). Fig. Abandonner, renoncer (→ ci-dessous, cit. 9, Gide).
7 Après de grands compliments adressés à leur oncle sur le talent de sa filleule, les héritiers tirèrent leur révérence.
Balzac, Ursule Mirouët, Pl., t. III, p. 365.
8 (…) après quoi je tirai galamment ma révérence et m'en allai (…)
Courteline, Boubouroche, Historique.
9 (…) j'aurais, certainement, tiré ma révérence au prix Nobel si, pour l'obtenir, il m'avait fallu rien renier.
Gide, Journal, Nov. 1947.
DÉR. Révérenciel, révérencieux.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Игры ⚽ Нужен реферат?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Reverence — Rev er*ence, n. [F. r[ e]v[ e]rence, L. reverentia. See {Reverent}.] 1. Profound respect and esteem mingled with fear and affection, as for a holy being or place; the disposition to revere; veneration. [1913 Webster] If thou be poor, farewell thy …   The Collaborative International Dictionary of English

  • reverence — Reverence. s. f. v. Honneur, respect. Vous luy devez porter honneur & reverence. avoir beaucoup, n avoir guere de reverence pour .... il faut traiter les choses saintes avec reverence. Les Advocats disent en plaidant, Sauf la reverence de la Cour …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Reverence — Студийный альбом …   Википедия

  • reverence — n 1 *honor, homage, deference, obeisance Analogous words: piety, devotion, fealty, loyalty, *fidelity: esteem, respect, *regard, admiration 2 veneration, worship, adoration (see under REVERE) Analogous words: fervor, ardor, zeal, * …   New Dictionary of Synonyms

  • Reverence — Révérence Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • Reverence — Rev er*ence, v. t. [imp. & p. p. {Reverenced}; p. pr. & vb. n. {Reverencing}.] To regard or treat with reverence; to regard with respect and affection mingled with fear; to venerate. [1913 Webster] Let . . . the wife see that she reverence her… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Reverence — may refer to: *Reverence (album), the first album by the band Faithless *Reverence (Emperor album), an EP by the black metal band Emperor *Reverence (sculpture), a sculpture created by Jim Sardonis which depicts two tails of whales diving into a… …   Wikipedia

  • reverence — ► NOUN 1) deep respect. 2) archaic a bow or curtsy. 3) (His/Your Reverence) a title given to a member of the clergy, especially a priest in Ireland. ► VERB ▪ regard or treat with reverence …   English terms dictionary

  • reverence — (n.) late 13c., from O.Fr. reverence, from L. reverentia awe, respect, from revereri to revere, from re , intensive prefix, + vereri stand in awe of, fear, from PIE *wer to be or become aware of (Cf. O.E. wær aware, cautious; see WARY (Cf …   Etymology dictionary

  • reverence — [rev′ə rəns, rev′rəns] n. [OFr < L reverentia < reverens: see REVERENT] 1. a feeling or attitude of deep respect, love, and awe, as for something sacred; veneration 2. a manifestation of this; specif., a bow, curtsy, or similar gesture of… …   English World dictionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”